Arts plastiques

La photo, entre drames et leurres

De Grozny aux villages fictifs, les 49e Rencontres de la photographie d’Arles questionnent le rapport de la photographie à l’illusion et à la réalité. La preuve en quatre démarches.
La photo, entre drames et leurres
La rue étasunienne par Paul Graham. COURTOISIE PACE/MACGILL GALLERY/CARLIER | GEBAUER/ANTHONY REYNOLDS GALLERY
Photographie

Pour saisir l’esprit de la manifestation 2018, il faut revenir au livre Les Américains (1956) du photographe suisse Robert Frank. Il est le fruit de déambulations dans les détails de la vie ordinaire. D’où une précision descriptive frôlant l’hallucination, qui caractérise nombre de réalisations de cette 49e édition des Rencontres de la photographie d’Arles, dirigées par Sam Stourdzé et à découvrir jusqu’au 23 septembre. Visite de la manifestation en quatre étapes. Retour

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion