Cinéma

Locarno au féminin pluriel

Le festival s’engage pour la parité. Mais que racontent les trop rares ­réalisatrices de sa 71e édition et les films qui mettent en scène des femmes?
Locarno au féminin pluriel
«Alles ist gut» sonde les ravages psychologiques du viol et du déni de son personnage. TRIMAFILM
Locarno Festival

Après Cannes en mai dernier, Locarno a signé dimanche avec l’association SWAN (Swiss Women’s Audiovisual Network) une charte en faveur de la parité, dans sa programmation comme au sein de son équipe. Sur les rives du lac Majeur, on a aussi appris le nom des deux premières lauréates du concours de projets Suissimage réservé aux réalisatrices: les Romandes Ursula Meier et Carmen Jaquier. Et fin août, dix-huit ans après Irene Bignardi, le

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion