Arts plastiques

Biennale light à l’ombre des conifères

Au parc des Eaux-Vives, de grandes sculptures titillent joggeurs et pique-niqueurs. Visite avant clôture.
Biennale light à l’ombre des conifères
Ugo ­Rondinone, Flower Moon (2011). COURTOISIE GALERIE ESTHER SCHIPPER / JULIEN GREMAUD
Exposition à Genève

Tout avait commencé par un geste ­audacieux, le 8 juin à 18h pile: celui de l’artiste-artificier Roman Signer, 80 ans cette année, qui avait posé une capote rouge sur le phallus aquatique de la rade genevoise. Elle ne s’y était pas attardée, au contraire de la petite quinzaine de sculptures présentées tout l’été dans le parc des Eaux-Vives, à moins d’un kilomètre. Le tout à l’occasion de la première Biennale Sculpture

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion