Livres

Ça raconte Sarah ou l’amour fou

Le premier roman de Pauline ­Delabroy-Allard, qui raconte une passion dévorante, se lit le souffle coupé.
Ça raconte Sarah ou l’amour fou
Premier roman

Elle vit une vie tranquille, figée, une vie qu’on ne «vit pas vraiment». Puis un jour, la narratrice de Ça raconte Sarah rencontre Sarah, justement. Sarah est bien vivante, elle. Elle est belle, violoniste, parle fort, fait du bruit, elle est «imprévisible, ondoyante, déroutante, versatile, terrifiante comme un papillon de nuit». Les deux fem­mes deviennent amies, puis tombent, rapidement, follement amoureuses. «Elle me hante, nue, sublime, un fantôme qui fait

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion