Cinéma

Migrants et mauvaise conscience à l’horizon

Pervers et convenu, Styx se révèle particulièrement décevant. Sa parabole sur le drame des migrants confine au contresens.
Migrants et mauvaise conscience à l’horizon
Drame

Le drame des migrants qui meurent durant leur traversée vers l’Europe a été abordé dans des documentaires admirables et percutants comme Fuocoammare de Gianfranco Rosi ou Eldorado de Markus Imhoof. On était dès lors curieux du regard que pouvait apporter une fiction. D’autant que celle-ci, présentée dans la section Panorama de la Berlinale, y a remporté quatre prix. Hélas, pervers et convenu, Styx se révèle particulièrement décevant. Le scénario minimaliste

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion