Livres

Michel Houellebecq, dévasté par l’apathie

L’auteur français creuse ses obsessions dans Sérotonine, confirmant une veine pessimiste réactionnaire qui finit par tourner à vide.
Michel Houellebecq, dévasté par l’apathie
littérature française

«… enfin je m’égare revenons à mon sujet qui est moi, ce n’est pas qu’il soit spécialement intéressant mais c’est mon sujet.» Et tout est dit sur Sérotonine de Michel Houellebecq. Ou presque, à en croire les dithyrambes pavloviens d’une critique française pâmée d’admiration devant l’oracle désenchanté. Certes, la France n’est pas en grande forme et l’écrivain jadis génial n’a pas son pareil pour saisir l’esprit de son temps. Mais

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion