Cinéma

Emancipation syrienne en sourdine

La réalisatrice syrienne Gaya Jiji filme l’éveil existentiel d’une jeune femme à l’aube de la guerre civile. «Mon Tissu préféré» est un premier long métrage qui sublime son sujet.
Emancipation syrienne en sourdine
Nahla (Manal Issa) refuse de se résigner à son sort. FIRST HAND FILMS
Film

Damas, mars 2011. Alors que débute un Printemps qui va tourner à la guerre civile, Nahla aspire – comme la plupart de ses compatriotes – à une liberté qui lui est interdite. A 25 ans, elle est présentée par sa mère à un expatrié revenu des Etats-Unis pour trouver une épouse en Syrie. Mariage arrangé, émancipation contrariée, révolution avortée: avec de telles prémices, Mon Tissu préféré semble condamné à broder sur un canevas convenu.

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion