Musique

«Notre langage, c’est l’énergie»

Les Sud-Africains de BCUC bouclent leur marathon des festivals, samedi à la Bâtie, en compagnie des Togolais de Vaudou Game. Avis aux amateurs de sensations fortes.
«Notre langage, c’est l’énergie»
Né à Soweto en 2003, le collectif BCUC brise les barrières stylistiques, s’inscrivant aussi bien dans la tradition du chant choral que dans celles du hip-hop ou du free jazz. DR
La Bâtie

Sur la scène du chapiteau du Festival Cinémas d’Afrique à Lausanne, Jovi éructe dans son micro. Le son est fort, très très fort. A ses côtés, Kgomotso chante. Tous deux sautent et dansent, mus par une force irrépressible, une force orchestrée par des grosses caisses, percussions, basses, sifflets. Transe moderne pour citoyens planétaires, BCUC (Bantu Continua Uhuru Consciousness) séduit jeunes et moins jeunes. L’unique concert de cette édition de Cinémas

Pour lire la suite de cet article

Vous êtes déjà abonné? Connexion

Abonnez-vous
A partir de 9.50 / mois
je m'abonne
Testez-nous
3.- pour un jour

Connexion